Centre de ressources numériques sur la Lorraine

L’ancien Hôtel des Mines livre ses secrets

Construit au début du XXème siècle, l’ancien Hôtel des Mines de Metz, devenu depuis le siège de la direction de la Carmi-Est, le nouveau nom de la Sécurité Sociale Minière, est, de par son architecture unique, l’une des pièces maîtresses du Quartier Impérial. L’imposant monument en grès rose des Vosges forme un pentagone. Il ne laisse pas indifférent le visiteur, tant l’effervescence de ses représentations sculptées et de ses pierres est originale. L’Hôtel des mines avait été bâti afin de servir de résidence de luxe pour l’industrie du fer et du charbon. Situé sur l’avenue Foch, il comportait la plus grande salle de l’époque et témoignait de sa puissance par son impressionnante architecture. En effet, le Quartier Impérial de Metz se devait être la représentation de la ville allemande parfaite. Le plafond de l’ancienne salle de l’Hôtel des Mines faisait 12 mètres de haut. Au début du XXème siècle, ses bals étaient courus et les Messins ont pu y applaudir les vedettes du music-hall dans les années 1960-1970. L’immense plafond, aux veloutes gravées et aux lustres impressionnants, donnait ainsi une ampleur particulière à la salle qui pouvait recevoir entre 600 et 1 000 personnes. Mais ce joyau du Quartier Impérial avec la gare et la poste, connut des heures bien sombres durant la seconde Annexion allemande. En effet, à cette époque, l’Hôtel des Mines correspondait à l’ancien Bergamt ou service des mines du IIIème Reich. Il était à la fois siège administratif et lieu de cérémonie et de fêtes. C’est d’ailleurs ici qu’Adolf Hitler passa la nuit de Noël 1940. C’est aussi dans ce bâtiment que la Gauleiter Bürckel déclara dans un discours historique le 29 août 1942 attribuer la nationalité allemande à tous les Mosellans « de race allemande » et annonça l’incorporation de force des jeunes gens dans la Wehrmacht. Bien après la fin de la guerre, l’Union des Sécurités Sociales Minières racheta le bâtiment. La grande salle fut alors malheureusement coupée en deux dans le sens horizontal, afin d’y créer des bureaux. Aujourd’hui encore 500 000 dossiers sont archivés dans les caves de l’Hôtel des Mines. Le plus ancien document remonte d’ailleurs à 1893. 66 00 personnes sont toujours affiliées à la Carmi-Est. Mais sur l’ensemble, ils ne sont plus que quelques centaines encore actifs. Il s’agit des salariés de la mine de sel de Varangéville près de Nancy. L’Hôtel des Mines, avec son atmosphère si particulière, à la fois intrigante et oubliée, raffinée et mystérieuse, est vraiment un monument exceptionnel et singulier de Metz. Il ne reste plus qu’à le rouvrir au public, par exemple lors des journées du patrimoine, afin de faire revivre ce joyau caché.

11 novembre, 2009 à 11:56


Un commentaire pour “L’ancien Hôtel des Mines livre ses secrets”


  1. Klein écrit:

    Bonjour, pour un souvenir de ma jeunesse j’ai vue johnny hallyday pour la première fois a METZ a l’hôtel des mines dans les années 1960 j’aimerais connaître la date exacte de se souvenir merci d’avance salutation


Laisser un commentaire