Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

L’autoroute ferroviaire déjà saturée !

Ce n’est pas l’A 31 mais presque ! Lancée dans un climat de scepticisme qui entoure toute innovation, surtout en Lorraine, affectée ensuite par le contexte social puis par la baisse du prix des carburants, la première autoroute ferroviaire d’Europe est aujourd’hui victime de son succès. Cette dernière relie Bettembourg au Luxembourg et Le Boulou dans les Pyrénées-Orientales via la Lorraine. Elle aura mis finalement 18 mois pour convaincre les transporteurs les plus récalcitrants quant à son utilisation. 1 700 remorques auront ainsi effectué le trajet rien qu’au cours du mois de septembre, soit une augmentation de 100 % par rapport aux chiffres de septembre 2008. Ce résultat est d’ailleurs d’autant plus remarquable qu’il a été réalisé en pleine récession économique, au moment où le transport combiné chute de plus de 20 % un peu partout en Europe ! Paradoxalement, la crise n’est pas si étrangère à cette réussite, dans la mesure où elle a obligé les transporteurs à faire preuve de créativité et à chercher des solutions innovantes, afin de faire baisser leurs coûts. Car l’autoroute ferroviaire constitue un moyen de transport sûr, rapide, ponctuel et efficace. Les clients peuvent ainsi suivre et localiser en temps réel leurs cargaisons grâce un système GPS installé sur les wagons. Le service center peut de même les renseigner 24h sur 24. Ce n’est donc pas un hasard si l’on voit depuis un certain à la télévision tout un panel de publicités sur les intentions de la SNCF de se lancer dans le fret à grande vitesse. Elle aura juste un wagon de retard pour avoir attendu les premiers résultats de la ligne Bettembourg- Le Boulou. L’exploitant de l’autoroute ferroviaire, la société Lorry Rail, a en outre élargi sa clientèle aux transports frigorifiques, à l’électronique, aux produits à haute valeur ajoutée, ainsi qu’aux matières dangereuses. Ses interlocuteurs commencent à comprendre que l’autoroute ferroviaire représente un peu pour le fret ce qu’est le TGV pour les passagers. A tel point que Lorry Rail voit désormais pointer des clients venus d’aussi loin que le Nord de l’Allemagne ou encore le Sud de l’Espagne. Cela dit, le succès de cette autoroute pas comme les autres n’aurait pas été possible sans la mise en place d’une seconde rame quotidienne. L’objectif est même maintenant de proposer courant 2010 un départ toutes les 6 heures, de manière à rester dans l’esprit de flexibilité du projet. A noter enfin qu’une soixantaine de nouveaux wagons ont été commandés pour pouvoir faire face à l’augmentation de la demande. Ils devraient prochainement être livrés.   

20 octobre, 2009 à 17:29


Laisser un commentaire