Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Nancy : l’armée vend même ses livres

Une vente aux enchères inhabituelle s’est dernièrement déroulée à Nancy, celle des  15 000 volumes de la bibliothèque du cercle des officiers de la cité ducale. Autrefois  importante ville de garnison, Nancy est de plus en plus en passe de devenir un quasi-désert militaire, au point que l’on décide maintenant de vendre des trésors de guerres intellectuels. Les ouvrages les plus rares, environ 3000, ont cependant été préemptés par le Service Historique de la Défense, qui est venu les chercher en camion. Le Centre mondial de la paix de Verdun a également recueilli des ouvrages liés à l’histoire locale. Le reste a été mis en vente. Selon les experts, il s’agissait d’un fond datant pour l’essentiel de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle. Cette collection recensait de même beaucoup d’éléments sur la tactique militaire, les campagnes sous l’Empire et les guerres coloniales comme celle du Tonkin. La plupart des documents étaient des ouvrages de consultation, c’est ce qui peut expliquer parfois leur état du fait des manipulations. A l’exception de quelques atlas, mis en vente séparément, les livres ont été vendus par caisses organisées de manière thématique, dont les mises à prix furent de quelques centaines d’euros. L’ensemble de la collection était estimée à près de 50 000 euros. La bibliothèque de la garnison de Nancy avait été créée au lendemain de la guerre de 1870, lorsque le ministère de la Guerre avait souhaité encourager le travail intellectuel des officiers. Il s’agissait également de constituer un centre de réflexion et de documentation de premier ordre depuis la perte d’une partie du territoire lorrain et de Metz. Un fond fut nourri par chaque cercle, à partir d’un prélèvement sur leurs soldes. Une telle bibliothèque servait enfin d’appui aux conférences de garnison. C’est tout de même malheureux de constater que Paris ne recule devant rien, pas même devant la décapitation de tout un pan du patrimoine militaire lorrain, pour faire quelques copecks d’économie et amasser par ci par là de l’argent. A quand la quête de la grande messe mise en scène par le gouvernement français ? 

 

29 septembre, 2009 à 20:54


Laisser un commentaire