Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Lumière sur les 200 ans de Montigny-lès-Metz

Notre rubrique Lumière sur … reprend du service avec une escapade très instructive à Montigny-lès-Metz.

Cet été la troisième ville de Moselle a soufflé ses 200 bougies. La cité est née le 5 août 1809 par un décret de Napoléon Ier signé au Château de Schönbrunn à Vienne. Ce dernier actait le rattachement des communes de Montigny et de Saint-Privat pour former Montigny-lès-Metz. Mais en réalité, la localité possèdent une histoire bien plus ancienne, qui remontent à l’époque romaine, puisque non loin de la Ferme de la Horgne se trouve une des nécropoles de l’antique Divodurum, c’est-à-dire l’actuelle ville de Metz. De toute cette histoire, il reste à Montigny-lès-Metz de magnifiques témoignages. Découvrez-les plus en détail. 

Chateau_Courcelles_Montigny_Metz

Le Château de Courcelles à Montigny-lès-Metz (Crédits photo : Aimelaime)

De l’époque médiévale, la ville conserve les fermes fortifiées de la Horgne, de la Grange-le-Mercier et de Blory. Mais le plus ancien monument de Montigny est sans nul doute la chapelle Saint-Privat. La construction de cette dernière remonte au IXème siècle à l’époque de Charlemagne (ou de Pépin le Bref selon les sources). Les vestiges de cet édifice ont été mis à jour en 2006, au moment de la destruction d’un îlot vétuste de la rue du Général Franiatte. Admirablement restaurée par la municipalité, la petite chapelle est désormais ouverte aux visiteurs. 

Mais le bâtiment le plus emblématique de la ville reste le Château de Courcelles, dont le parc est aujourd’hui l’un des plus agréables de Montigny avec sa fontaine et ses sculptures. Le majestueux édifice date du XVIIème siècle et fut construit par Charles-Joseph de Courcelles, d’où le nom du château. Ce dernier a été restauré en 2003-2004, mêlant de manière audacieuse et gracieuse les parquets anciens, les plafonds et fenêtres majestueuses à des portes transparentes et des ascenseurs ultramodernes. 

Les vitraux du Temple protestant et de l’église Saint-Joseph méritent également un détour. Le visiteur peut d’ailleurs admirer au plafond de cette dernière le Graouilly. De même, la ville abrite la maison du Général de Gaulles, dans le quartier très cossu de la Vacquinière. C’est l’une des très belles maisons du quartier. Charles de Gaulle a en effet habité cette majestueuse demeure au moment où il était colonel au 507ème Régiments de chars de combats. C’est de là qu’il partit en 1939 pour défendre puis libérer la France. 

La ville abrite en outre la peintre et sculptrice Solange Bertrand, amie de Picasso, ainsi que le sculpteur Claude Goutin, Grand prix de Rome en 1956. En effet, Montigny est aussi une cité d’artistes. La ville possède à ce titre une galerie d’art contemporain, appelée Shimoni Gallery – Arts Gambetta. Créée en 1991 par Hervé Shimoni, cette dernière assure la promotion d’artistes contemporains. 

Enfin que serait Montigny-lès-Metz, ville aux trois fleurs aux concours des villes et villages fleuris, sans le canal de Jouy et sa piscine. Mais la ville a perdu son grand bassin extérieur, qui faisait autrefois sa réputation nautique. Une étude a dernièrement démontré que les habitants souhaitaient vraiment profiter à nouveau d’un grand bassin extérieur. La municipalité affirme aujourd’hui avoir la volonté d’intervenir. Mais la simple réparation du grand bassin reviendrait à cinq millions d’euros, tandis que sa reconstruction complète en coûterait 12. La ville ne peut financer à elle seule un tel équipement. La communauté d’agglomération pourrait le faire, d’autant plus que la piscine est fréquentée à hauteur de 60% par des personnes ne résidents pas à Montigny. 

25 août, 2009 à 11:35


3 Commentaires pour “Lumière sur les 200 ans de Montigny-lès-Metz”


  1. bloggerslorrainsengages écrit:

    Ce sont les Romains qui léguèrent son nom à la ville. « Mons ignis » signifie en latin la « montagne du feu ».

    La Chapelle Saint-Privat, dont l’origine remonte au IXème siècle, le Château de Courcelles et son parc du XVIIIème siècle ou encore l’église Saint-Joseph, exubérant exemple d’architecture de l’époque allemande datant de 1906, font la richesse du patrimoine de Montigny-lès-Metz.

  2. Groupe BLE Lorraine écrit:

    Les grilles des fenêtres du Château de Courcelles, situé à Montigny-lès-Metz, ont été dernièrement parées d’or, comme c’était d’usage au moment de la construction de l’édifice au XVIIIème siècle. Elles sont donc désormais protégées de la corrosion.

    A noter également qu’à l’instar du Château Lasalle du Ban-Saint-Martin, construit à la même époque entre 1751 et 1764 par François de Lasalle, écuyer et secrétaire du roi de France au Parlement de Metz, le Château de Courcelles possède également un remarquable escalier d’honneur orné d’une magnifique rampe en fer forgé. Tout le stuc qui l’entoure en fait une véritable œuvre d’art. La Ville songe à y remettre des dorures comme au Ban-Saint-Martin.

  3. Groupe BLE Lorraine écrit:

    La restauration des douze grilles et garde-corps du Château de Courcelles de Montigny-lès-Metz par les ferronniers d’art de l’entreprise « Les Métalliers lorrains » de Nancy a représenté un investissement de 140 000 euros. Les barrières ont été décapées puis repeintes, et des feuilles d’or ont été appliquées pour recréer les dorures sur les feuilles d’acanthe originales.


Laisser un commentaire