Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Vandières ou Louvigny, il faut choisir

Alors que les divergences politiciennes lorraines n’en finissent plus de freiner les projets d’intérêt généraux, comme celui de la seconde phase du TGV Est Européen, à l’instar de tants d’autres, il est urgent pour l’avenir de la Lorraine de trancher définitivement la question des gares de Vandières et de Louvigny. En effet, s’il apparaît certes nécessaire de poser des conditions afin que le TGV Est profite réellement à toute notre belle province, il convient au contraire d’en finir une fois pour toutes avec tous ces atermoiements politiciens et ces querelles autodestructrices. Car, en attendant la fin des stupidités de nos (ir)responsables, la SNCF a dernièrement rappelé que la liaison gare Lorraine TGV-Francfort ne sera pas maintenue et qu’elle n’était guère emballée par un arrêt à Louvigny du TGV de Zurich, préférant ainsi passer par l’axe Rhin-Rhône. Voilà donc où tout cela nous conduit. Quelle bêtise ! Car même dans la perspective d’une ligne TGV complète jusqu’à Strasbourg, les Lorrains se contenteraient de regarder passer les trains devant leurs yeux comme des vaches. Or, il apparaît évident que de tels arrêts internationaux sont vitaux pour notre belle province. Dans le cas contraire, l’intérêt de la deuxième phase serait proche du néant. 

Pour revenir à cette querelle de clochers vieille comme le monde, Jean-Pierre Masseret a récemment exigé comme condition incontournable à la signature du protocole d’accord financier sur le second tronçon de la ligne à grande vitesse une reconnaissance de la part de l’Etat français de la nécessité de construire la gare d’interconnexion de Vandières. Celle-ci serait ainsi raccordée au réseau TER, notamment sur la ligne Metz-Nancy, et remplacerait la gare intérimaire de Louvigny, accessible uniquement par la route. Une précédente étude avait permis de démontrer la faisabilité technique et le bien fondé d’une telle structure pour l’aménagent du territoire, dans l’optique d’assurer dans de bonnes conditions une correspondance TGV-TER. S’il apparait à nos yeux que la gare de Vandières doit se faire, nous n’arrivons toujours pas à comprendre pourquoi elle n’a pas été faite tout-de-suite. Cela aurait ainsi permis aux Lorrains d’économiser les 27 millions d’euros nécessaires à la construction de la gare de Louvigny. Quelle gestion désastreuse et scandaleuse de l’argent public ! Un cas unique. Franchement chapeau. De même, ce qui nous paraît étrange dans cette bien triste histoire politicienne, ce sont les 100 millions d’euros nécessaires pour bâtir la gare de Vandières, soit plus de trois fois le montant de celle de Louvigny, autant que pour celui de la mise à 2X3 voies de l’A 31 et plus encore que pour celui du Centre-Pompidou Metz ! Elle sera taillée dans le marbre ou quoi cette gare ? C’est tout bonnement incroyable ! 

1 août, 2009 à 19:59


Laisser un commentaire