Centre de ressources numériques sur la Lorraine
  • Accueil
  • > Opinion
  • > La mairie de Metz encore trop généreuse avec Paris …

La mairie de Metz encore trop généreuse avec Paris …

La ville de Metz réclame à l’Etat français une compensation financière d’au moins 36 millions d’euros pour les iniques restructurations militaires. Toutes les propositions visant à compenser le départ de près de 6 000 civils et militaires à l’horizon 2011, sans compter leur famille, ont ainsi été répertoriées dans un Contrat de Redynamisation de Site de Défense (CRSD). Les compensations exigées tiennent en 5 points. Tout d’abord, elles concernent l’emploi public avec la délocalisation de 1 500 emplois de ce type d’ici 2011. Ensuite, une aide à l’investissement est réclamée, ce sont les fameux 36 millions d’euros minimum.  Celle-ci pourrait ainsi permettre de développer des ZAC, de financer le METTIS, de reconvertir la base aérienne 128, d’aménager en site touristique le Mont Saint-Quentin ou encore d’agrandir le port de Metz. Afin de compenser la perte fiscale des impôts locaux et de la taxe professionnelle, du fait de la baisse de la démographie, estimée à 3 millions d’euros par an, la mairie de Metz veut se voir doter d’un fond d’accompagnement. De même, la municipalité réclame des conditions privilégiées en ce qui concerne la cession des terrains libérés par l’armée, tout en souhaitant que les logements militaires soient mobilisés afin de répondre à la demande sociale. Enfin, la ville veut pouvoir bénéficier d’exonérations des charges fiscales et sociales durant au moins 3 ans. Comme beaucoup de monde, nous trouvons que les exigences et les compensations demandées par la ville de Metz sont bien trop faibles et que le rapport établi manque cruellement de fermeté. En effet, l’expérience prouve qu’il faut toujours réclamer plus que ce que l’on souhaite afin d’avoir une certaine marge de manœuvre et au final obtenir réellement ce que l’on voulait en secret. Cela fait partie de l’art et de tout le savoir-faire de la négociation, domaine ou les élus de Metz ne semblent pas exceller et c’est le moins que l’on puisse dire après le tragique épisode des restructurations militaires. Car vous le comprendrez, en exigeant à peine 36 millions d’euros d’un coup, nous avons vraiment du mal à imaginer comment la ville arrivera à compenser les 80 millions d’euros qu’elle va perdre par an du fait de cette saignée. Il est bien là le problème. Cela dit, la mairie veut également et à juste titre le maintient du 1er régiment médical de Châtel-Saint-Germain en partance pour le camp de La Valbonne dans l’Ain. Mais, malgré cette demande supplémentaire, nous ne pouvons que constater l’aspect plus que brouillon du rapport. Ainsi, le maire de Metz a lui-même exigé d’amender le rapport qu’il avait pourtant lui-même écrit de sa main afin de faire rajouter la mention concernant le 1er régiment médical … Du grand art … Comment voulez-vous après que Metz soit bien défendu par des individus pareils ? C’est vraiment navrant, écœurant et désolant …

14 juillet, 2009 à 12:06


Laisser un commentaire