Accueil Economie Le projet Grand Fare stoppé mais pas condamné

Le projet Grand Fare stoppé mais pas condamné

7 min lues
2
0
48

Les associations de commerçants de Forbach, Sarreguemines et Saint-Avold avaient saisi la commission nationale d’aménagement commercial pour stopper le projet de centre commercial Grand Fare de Farébersviller, qu’elles estiment surdimensionné, incompatible avec une politique de développement durable, notamment en termes de trafic automobile, et surtout néfaste pour leurs enseignes en centre-ville. 900 emplois sont pourtant en jeu. Et malheureusement la commission nationale a débouté la décision de la comission départementale, qui avait quelques mois plus tôt donné un avis favorable au projet Grand Fare. Le comité parisien a en effet estimé que l’offre commerciale est amplement suffisante en Moselle-Est et que la politique des grandes enseignes de distribution consiste actuellement à réduire leur surface de vente. Ouais, bof, surtout que le projet de Carrefour nous prouve totalement le contraire et que c’est quand même, jusqu’à preuve du contraire, les entreprises qui décident en fonction du contexte. Encore une fois, on dicte à Paris ce qui est mieux à faire à 350 km de là. Il faut dire que la vue d’ensemble doit certainement y être meilleure, plus floue aussi. Mais dans cette triste affaire, ce sont bien les commerçants de Moselle-Est qui sont le plus à blâmer. Ces derniers ont par leur action, ni plus ni moins trancher dans le vif du sujet, et plus précisément dans 900 emplois. Mais il est bien vrai, que par temps de crise, les Lorrains n’ont que faire de ce « superflu » qui aurait pu enrayer, du moins en partie, le problème chronique du chômage chez les jeunes dans le secteur. Il faut dire également que la Moselle-Est s’en tire admirablement bien pour ce qui est de la question de l’emploi, notamment du côté de la plateforme pétrochimique de Carling. Car, 900 emplois, certes par forcément des plus rémunérateurs, c’est quand même mieux que rien du tout. Alors encore une fois, bravo, chapeau bas. Même devise donc que pour la fermeture des collèges en Moselle. A savoir que quand ce n’est pas le gouvernement français qui nous sucre des régiments et de la population, eh bien les Mosellans, car en Lorraine et sur ce coup-là ce sont bien d’eux dont il s’agit, préfèrent tout simplement se tirer une balle dans le pied ! C’est vrai que cela permettra à coup sûr de résorber les difficultés et d’améliorer la situation. Enfin, il convient cependant de ne pas généraliser, dans la mesure où ce ne sont pas tous les Mosellans (et heureusement), loin s’en faut, qui sont à montrer du doigt. En effet, ils ne sont qu’une poignée, quelques dizaines seulement à s’agiter pour sauver leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt général et de celui de tous les Lorrains. « Ils », ce sont les élus du département qui ont quasiment tous votés pour la suppression des collèges et nos amis les commerçants de Moselle-Est cités plus haut. Mention très spéciale pour tous ces loustics en cette période de résultats d’examens.  Rappelons, au passage, que le projet Grand Fare, situé entre la commune de Farébersviller et l’A 4, mis à part les nombreux emplois qu’il devait engendrer, c’était 35 000 mètres carrés de surfaces commerciales, dont 8 000 pour l’hypermarché Carrefour. Le maire de Farébersviller, Laurent Kleinhentz, ainsi que la société Codic qui porte le projet, considèrent que Grand Fare est tout-à-fait pertinent. Il permettrait en outre, selon les intéressés, de capter l’évasion commerciale du Bassin houiller vers l’Allemagne, en créant une complémentarité avec les centres-villes. Ils envisagent enfin et à juste titre de saisir le conseil d’Etat pour sauver leur projet. Souhaitons leur bonne chance.   

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Economie

2 Commentaires

  1. Scivoli Andrea

    12 juillet, 2009 à 11:57

    Bonjour,

    Ce n’est pas en créant une multitude de magasins alignés que l’ont va réussir à capter l’évasion commerciale, mais bien en créant de l’animation et en baissant les prix!

    Il existe déjà une complémentarité, en effet, on achète moins cher ci et ça en France, plus cher en Allemagne et inversement!

    Cet équilibre est intéressant et permet une stabilisation de toutes les zones existantes.

    Le projet Grand Fare n’a aucun intérêt, ci ce n’est de fragiliser les centres commerciaux proches, tel le Leclerc de Freyming Merlebach par exemple mais aussi et surtout les centres-villes environnants (encore que, je doute que beaucoup de personnes ne se déplacent sur Farébersviller tout simplement car les gens ont de moins en moins les moyens, tout dépend leur lieu de résidence).

    Pourquoi créer une zone a Farebersviller si l’on dit vouloir capter les évasions commerciales ?

    Pensez vous réellement que beaucoup de moselle-est font le déplacement sur Metz en terme commercial ? Ceci n’est que de la poudre que l’ont nous jette aux yeux.

    Avec la crise, le prix du transport et du carburant je ne le pense pas.

    Les zones actuelles remplissent clairement leur rôles. Elles sont suffisantes. Je comprends la réaction des associations de commerçants de tout les environs. Elle était prévisible et compréhensible.

    Avec l’avancée de l’internet (la vente en ligne ne fait que progresser), le développement des caisses automatiques, les 900 emplois sont provisoires… (et si la zone ne serait pas fréquentée comme prévue ?? que deviendrait ces emplois ? puisque plusieurs zones existent aux alentours, et que les consommateurs ont leurs habitudes).

    Dynamisons nos zones existantes, et créons de l’emploi sur Farebersviller par le biais de zones franches comme à Behren-Lès-Forbach.

    Des sociétés tournées vers l’avenir. Pourquoi la zone d’Henriville ne se développe pas ?? Elle permettrait aux habitants de Farébersviller de trouver un emploi!

    Nous ne pouvons pas systématiquement créer des zones commerciales dès qu’une ville manque d’emploi. Car dans ce cas, nous devons créer des zones a Freyming-Merlebach, Stiring-Wendel, la zone de Behren Lès Forbach (qui est en plus mauvaise posture encore que Farébersviller)…
    Impossible et surtout inimaginable!

    Je juge ce développement commercial par le mot suivant : précaire.

    Trouvons d’autres solutions, ne nous laissons pas avoir par quelques belles paroles…

  2. Julien

    16 août, 2009 à 0:49

    Je vous suggère de poser la question à nos nombreux chômeurs si le projet Grand Fare « n’a aucun intérêt ». L’avenir appartient à ceux qui n’en ont pas peur. Venez donc soutenir la création de près d’un millier d’emplois dans notre région déjà très sinistrée avec un taux de chômage qui avoisine 40% dans certaines localités, je vous invite à laisser quelques mots de soutien au projet « GRAND FARE». La création de ce centre de Commerce & de loisirs propose à la clé des centaines d’emplois pour nos jeunes. Pour tout savoir sur ce projet je vous invite à vous rendre à l’adresse suivante : http://grandfare.blogg.org/

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Fermeture du lycée professionnel Paul Dassenoy de Morhange

Le rectorat et le Conseil Régional de Lorraine ont dernièrement décidé de fermer dès juin …