Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

Faire pression pour exister

La Lorraine entend fermement expérimenter la première métropole multipolaire de France. Passage obligé pour tenter d’être enfin reconnue par le comité Balladur qui n’a malheureusement retenu que 11 métropoles, en ne considérant que le critère démographique. Or, à elles seules, les villes de Metz et de Nancy n’atteignent pas la taille critique minimum requise, si on fait l’hypothèse qu’il devrait en avoir une. Mais ensemble et en y ajoutant la synergie apportée par Thionville et Epinal, afin de former ce que l’on appelle communément le sillon lorrain, l’espace arriverait à la 8ème place du classement établi par le comité. La Lorraine veut également faire valoir qu’une dynamique de coopération est déjà enclenchée au sein de cet ensemble de plus de 1,2 millions d’habitants. En effet, la crise et les iniques restructurations militaires opérées par Paris obligent les Lorrains à imaginer de nouvelles formes de complémentarité et à construire une gouvernance d’un genre nouveau. Les domaines de la santé, de l’Université unique lorraine avec près de 70 000 étudiants, de la culture ou encore de la recherche et du développement et des approches touristiques communes sont autant de niveaux de coopération métropolitaine que notre belle province entend accélérer. En demandant ainsi son inscription sur la liste du comité Balladur avant 2014, la métropole multipolaire lorraine veut être au rendez-vous de la compétitivité française et européenne. Sa reconnaissance sur ces deux scènes est en effet en jeu. Si bien que les Lorrains veulent maintenant, et ce n’est pas trop tôt, ne pas être tenus à l’écart du processus. Finie la rivalité entre Metz et Nancy, du moins pour un certain de nombre de domaines, vive l’union ! Il faut en effet comme dit l’autre, enfin vivre avec son temps.

2 juillet, 2009 à 11:22


Laisser un commentaire