Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Carling à nouveau sacrifié

Décidément le bassin d’emploi de Saint-Avold n’en fini plus de souffrir au point d’être au bord de l’asphyxie avec la crise. Après Total, voilà que c’est désormais Arkema qui se désengage progressivement de la plateforme pétrochimique de Carling en Moselle-Est. Sur tout le bassin, ce sont ainsi plus de 1 000 emplois qui sont en jeu. Alors que la cokerie menace de plus en plus de disparaître, c’est maintenant toute la filière MAM, c’est-à-dire méthacrylate de méthyle, qu’Arkema a décidé de sacrifier afin de se recentrer sur sa dernière filière encore en place en Moselle, à savoir les acryliques. 40 millions d’euros seront ainsi injectés pour conforter cette dernière. 40 millions d’euros qui apparaissent être un bien maigre lot de consolation à la vue des 163 nouveaux postes supprimés. Dans sa stratégie de rentabilité financière, la société industrielle ne conservera que son site MAM de Rho en Italie, paraît-il plus performant en termes de coût de production. Celui de Carling fermera donc ses portes au 1er janvier 2010. Les salariés sont bien entendus amers et désabusés, dans la mesure où la direction leur avait demandé de fournir des efforts. Ce qu’ils ont pourtant fait. Ils s’estiment par conséquent trompés et trahis par une entreprise ingrate. Cela dit, de source syndicale, les salariés mosellans n’ont maintenant plus l’intention de se laisser faire et de transparaître comme des pions. La fermeture de la filière MAM de Carling va automatiquement, par effet de levier, entraîner la disparition d’autres emplois chez les partenaires d’Arkema, notamment chez les sous-traitants chargés de la maintenance des installations.  Ce sont donc bien plus de 163 personnes suis seront donc au final touchés par cette mesure. Un nouveau sale coup pour la Lorraine industrielle, particulièrement exposée face à la crise et la conjoncture économique actuelles.

30 juin, 2009 à 11:55


Laisser un commentaire