Accueil Actualité Le grand stade jeté aux oubliettes ?

Le grand stade jeté aux oubliettes ?

5 min lues
0
0
9

C’est en effet la question qui devient de plus en plus légitime de se poser depuis l’annonce de la nomination du nouveau président du FC Metz, Bernard Serin. Car s’il est bien un dossier à gérer de toute urgence pour le nouvel homme fort messin, c’est certainement celui du stade. Et s’il existe encore la moindre chance pour Metz, d’espérer pouvoir être inscrit sur la liste des cités qui accueilleraient l’Euro 2016, si toutefois la France venait à être désignée, cela passe par plusieurs conditions. La première, ce serait donc pour Bernard Serin d’abandonner le projet d’un nouveau stade pour privilégier celui d’un agrandissement de Saint-Symphorien, dans la mesure où cette éventualité apparait aujourd’hui, selon ses propos,  comme la seule pouvant se réaliser dans un délai rapide. Laissez-nous rire… Car, il y a encore un mois, le même homme prévoyait que de toute manière la rénovation de Saint-Symphorien ne permettrait pas à Metz de recevoir des matchs de l’Euro du fait des conditions de sécurité insuffisantes (enclavement de l’île Saint-Symphorien) et du manque de parkings pour les bus. Cette déclaration paraissait tout-à-fait crédible. Pourquoi donc soudainement un tel retournement de situation? Les dirigeants du club lorrain seraient-ils des charlots ? Ont-ils au moins un véritable projet au fait ? Le cahier des charges draconien aurait-il été allégé ? Certainement pas. Nous pouvons d’ores et déjà imaginer toute la confusion qui doit régner du côté d’Amnéville et compagnie, où l’on se voyait déjà, et à juste titre, construire le futur grand stade de tout le Nord de la Lorraine. Ce revirement, loin de semer encore la panique, a déjà de quoi laisser perplexe. Seconde condition pour que Metz puisse figurer parmi les heureux élus, normalement aux côtés de Nancy si tout se passe bien, c’est que dans les semaines qui viennent, la ville de Metz et le conseil général de la Moselle annoncent enfin leur intention de participer au financement du projet. Tout un monde à convaincre. Si Metz fait désormais parti des seize villes susceptibles d’accueillir cet Euro, il convient d’ajouter que seules 12 d’entre elles seront finalement retenues. Soit neuf villes « titulaires » et 3 « suppléantes ». Il sera alors temps de présenter (enfin) une candidature digne de ce nom, à l’échéance du 31 décembre de cette année. Une candidature qui devra répondre très précisément au cahier des charges très rigoureux et clairement exprimé par la commission d’experts de l’UEFA. Il n’y aura aucune souplesse, mais surtout pas de seconde chance… 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le retour des BLE

Après plusieurs semaines d’interruption estivale (voir : http://blogerslorrainsengages.unb…