Centre de ressources numériques sur la Lorraine

La magie de Constellation enchante Metz

Constellation, exposition d’envergure de préfiguration du Centre Pompidou-Metz entend relever l’immense défi de présenter ce nouveau venu dans le monde si compétitif des institutions d’art contemporain, qui plus est en ces temps de pessimisme qui gèlent plus d’un projet muséographique. Constellation vise également à faire patienter, mais surtout à susciter la curiosité et l’envie d’un public local, national et international. Le Centre Pompidou-Metz souhaite en effet atteindre au moins la barre des 250 000 visiteurs par an. Avec cette exposition multiforme qui compte faire plus que jamais de la bonne ville de Metz un véritable musée à ciel ouvert, en redéployant les œuvres in situ, le début du compte à rebours pour l’ouverture du Centre, annoncée au printemps 2010, est désormais enclenché. Une sorte d’avant-goût dynamique et festif de ce que sera ce Centre Pompidou d’un troisième type. Car pour beaucoup de Messins, le futur centre apparaît comme leur Tate Modern, leur Turbine Hall. 

Une petite balade dans les rues de la ville historique lorraine s’impose donc afin de vous conter ce qu’il y avait à voir en cette mi-mai. Ainsi, après avoir quitté le quartier impérial de la gare et L’Enfer en mouvement de Tinguely, il fallait vraiment lever les yeux dans la fameuse rue Serpenoise, fief piétonnier de Metz, pour voir trembler au vent d’Est les 5 610 flammes colorées pour un arc-en-ciel de Daniel Buren. Puis, vous seriez allé flâner sur la Place d’Armes, ordonnée comme un décor d’opérette avec ses pavés rouges, gris et noirs, sur laquelle vous auriez observé se dessiner sur l’ocre des façades en pierre de Jaumont les Cinq ellipses ouvertes de Felice Varini, au trompe-l’œil à la fois classique et minimaliste. En entrant dans l’église des Trinitaires, qui ravit les spécialistes du XVIIIème par ses pilastres en rubans noués, vous auriez pu retrouver la sculpture rubis, concave et chatoyante d’Anish Kapoor que le Centre Pompidou vient d’acquérir grâce au soutien des Amis du musée. De même, en poussant la porte de l’hôtel qui abrite le FRAC Lorraine (Fond Régional d’Art Contemporain) vous seriez tombés dans le sortilège de La Bruja, immense installation du Brésilien Cildo Meireles de 4 000 km de fil noir mat qui dévore le lieu comme la sorcière du film culte Ring sortant du puits pour dévorer les maudits. Vous auriez pu enfin savourer l’ombre et le silence des Trinitaires, avec la violoncelliste qui joue seule face à la montagne, splendide vidéo de Su-Mei Tse, artiste luxembourgeoise que vient de recevoir le prix international d’art contemporain de la Fondation Prince-Pierre-de-Monaco. 

Metz a pour vocation de mettre en relief les collections permanentes du Centre Pompidou, par une confrontation avec d’autres prêts et des commandes spécifiques. Premier acte réussi puisque 34 000 personnes étaient déjà au rendez-vous en cette mi-mai. Pour les autres, il vous reste jusqu’en octobre pour venir profiter de l’exceptionnelle exposition Constellation

 

25 mai, 2009 à 11:14


Laisser un commentaire