Accueil Actualité FC Metz : argent quand tu nous tiens

FC Metz : argent quand tu nous tiens

7 min lues
0
0
79

Que le FC Metz retrouve la Ligue 1 ou pas, ses ressources financières ne seront pas les mêmes la saison prochaine. Ou quand l’argent dicte sa loi sur un club de Ligue 2 qui aspire à la Ligue 1 …

Les difficultés financières du club à la croix de Lorraine ne sont ni plus ni moins celles que rencontre un club relégué en Ligue 2 pour boucler ses fins de mois. Il manque d’ailleurs à ce jour entre cinq et six millions d’euros au FC Metz pour présenter des comptes positifs à l’issue de l’exercice en cours. Un simple effet mécanique explique ce dramatique phénomène, dès l’instant où un club descend en Ligue 2 sans bouleverser ses structures, qui sont celles d’un club de Ligue 1. Or, les droits TV s’élèvent à sept ou huit millions d’euros en Ligue 2, contre quinze en Ligue 1. Et la déperdition des recettes aux guichets et des rentrées commerciales n’arrangent bien évidemment pas les affaires du FC Metz. En même temps, au vu des piètres résultats de l’équipe messine, on comprend aisément la désaffection du stade Saint-Symphorien par les supporters. Même si au titre de sa première saison de Ligue 2, le FC Metz a reçu une sorte de prime compensatoire, autrement dit une aide à la relégation de deux millions d’euros, l’impasse prévisible est encore d’environ six millions d’euros. Ce trou devra être comblé par des ventes de joueurs et l’intervention des actionnaires.

Et des transferts il en est justement question. A ceux de Bassong et Gygax en août dernier, au bonus obtenu sur le transfert de l’ex-Messin Huszti de Hanovre à Saint-Pétersbourg, à l’intéressement à venir sur une qualification européenne de Lyon dans le cadre de la vente de Pjanic, s’ajoutera peut-être la vente d’au moins un ou deux joueurs actuellement sous contrat. Encore faudra t-il trouver acquéreur, ce qui ne sera pas évident. Dans cette optique, de jeunes joueurs devront alors être promus beaucoup plus vite que prévu. Le reste viendra, ou pas, des actionnaires actuels, et d’éventuels nouveaux ­qui pourraient s’avérer providentiels. Et de la chance il en faudra pour que le FC Metz puisse présenter un exercice équilibré devant la DNCG, le gendarme financier du football professionnel, 4 juin prochain. 

Le club doit en effet réussir à calibrer la masse salariale afin d’éviter que la DNCG ne s’en charge, comme en 2004-2005, où celle-ci avait assorti l’encadrement de la masse salariale d’une interdiction de recruter. La composition d’un effectif qui tienne la route avec de telles exigences drastiques apparaît donc comme une éternelle alchimie… Il faudra ainsi plus que de la malice pour le FC Metz pour s’en sortir, en faisant par exemple davantage appel à des prêts de joueurs. L’entraîneur a d’ores et déjà établi un effectif de vingt-deux joueurs dans le but de limiter les dérapages budgétaires. Les leçons d’un passé récent et accablant semblent retenues…Enfin, en apparence. Alors qu’une deuxième saison en Ligue 2 est désormais plus qu’une certitude, le scénario catastrophe refait une nouvelle fois surface. En effet, l’aide à la relégation ne passerait plus qu’à un million d’euros, les partenaires reverraient leur engagement et le stade se viderait encore plus. Déjà qu’il n’était pas beaucoup rempli… De 13 millions cette saison, le budget passerait à 11,5 millions d’euros, en incluant encore le centre de formation, dans la mesure où celui-ci est littéralement indispensable à la pérennité du club. Deux années de suite de Metz en Ligue 2, ce n’était en effet plus arrivé depuis quarante-deux ans. Incroyable. Un véritable cauchemar, par-delà les considérations économiques actuelles. Mais on n’a que ce que l’on mérite …

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Amnéville entre dans l’arène !

En concurrence avec notamment les villes de Narbonne, Vannes et Dax, c’est finalement le s…