Accueil Culture et patrimoine Maxéville : un atelier mémoire s’attache à préserver la trace des mines de fer

Maxéville : un atelier mémoire s’attache à préserver la trace des mines de fer

3 min lues
3
0
206

L’exploitation minière a commencé à Maxéville vers la fin du XIXème siècle. Une aventure industrielle qui a marqué le paysage et laissé son empreinte dans les esprits. Aux portes de Nancy, on a ainsi extrait à flanc de coteau et pendant quelques décennies du minerai de fer. Deux mines ont d’ailleurs coexisté.  Il y avait tout d’abord celle de Boudonville, que les gens du coin  appelaient familièrement « mine des Belges » et dont le carreau se trouvait au centre du village, à l’ombre de l’église Saint-Martin. Les wagonnets remplis de minerai passaient d’ailleurs sous l’édifice religieux. Cette mine qui faisait flamber les Hauts Fourneaux du Pont Fleury au bout de la rue, ferma une première fois pendant la Première Guerre Mondiale, faute de bras pour extraire la minette. Elle ferma de nouveau, mais cette fois ci définitivement, en 1939, toujours à cause de la guerre. 

Non loin de là, une autre mine se dressait, celle dite « des Prussiens », qui ferma quant à elle en 1966. La particularité de ces mines vient du fait qu’on n’y descendait pas avec des ascenseurs. Un tel procédé d’exploitation était par conséquent moins coûteux tout en générant également moins de dégâts d’après mine. Car ici, il n’y a pas de galeries empilées, mais une exploitation d’une veine à plat. Sous l’impulsion de la mairie, un groupe de travail, l’ « Atelier mémoire de Maxéville » s’est constitué, pour collecter des témoignages sur la vie, l’histoire et les coutumes locales. Les habitants y ont immédiatement adhéré. Cette initiative répondait en effet à un réel besoin d’identification. L’atelier travaille d’ailleurs sur de la mémoire vivante et cherche avant tout un fil conducteur, un fil ininterrompu qui vient de loin, et qui passe forcément par la mine.  

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Culture et patrimoine

3 Commentaires

  1. Dadu Jones

    25 avril, 2009 à 2:03

    Cet atelier a-t-il des coordonnées?

    Merci.

  2. blogerslorrainsengages

    25 avril, 2009 à 12:13

    Bonjour,

    merci de votre intérêt

    vous pouvez contacter la mairie au 03 83 32 30 00
    ou mairie.maxeville@mairie-maxeville.fr

    l’Atelier dépend en effet de la mairie.

    Bien cordialement,

    Les BLE.

  3. David.s

    17 décembre, 2020 à 12:07

    Bonjour.mon grand père a fait 38 année de mine de fond a la mine des prucien a maxeville il a habité aux cité de la mine a maxeville avec sa famille j ai eu l occasion étant plus jeune de visiter le site de la mine face au cimetière où repose maintenant mon père et mes grands parents .j aimerait me joindre à votre atelier entretenir la mémoire des mineurs et mon rêve depuis tout jeune c est de visiter juste l entrée de la mine je sais qu il y a une ouverture face au cimetière et une autres en dessous de l église St Martin je suis votre entière disposition.cordialment… david.s

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Des lépreux de Metz

Au XIème et au XIIème siècle, deux terribles maladies firent leur apparition en Europe occ…