Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

RD 618 : un dossier épineux

La route départementale 618  est pour le Pays Haut ce que l’on pourrait appeler une « artère fémorale qui souffre d’anévrisme ». Au départ de Marville, 4 000 véhicules l’empruntent chaque jour, tandis qu’à l’entrée de Longwy, ce sont plus de 21 000 automobilistes qui transitent sur cette voie. Entre les deux, une dizaine de villages subissent ce trafic infernal. Bien évidemment, ce sont surtout les travailleurs transfrontaliers ainsi que les poids lourds qui circulent sur la RD 618. Le problème c’est qu’en dépit du marasme économique actuel, la croissance du Luxembourg ne va pas diminuer mais augmenter. Ainsi, la barre des 15 000 « véhicules transfrontaliers » sera prochainement franchie. De même, pour ce qui est de la Belgique, les chiffres augmentent également régulièrement. » L’exemple est particulièrement frappant à Villers-la-Chèvre, commune située entre Longwy et Longuyon. 11 000 véhicules, dont 1 000 camions et environ 500 camionnettes, traversent quotidiennement le village, ce qui pose de délicats problèmes de sécurité. 

Rappelons qu’avec le relatif « désengagement » de l’Etat français, la gestion des routes a été déléguée depuis peu aux départements, qui sont alors devenus maîtres d’ouvrage dans ce domaine. Celui de Meurthe-et-Moselle a ainsi récupéré un réseau routier de 200 km particulièrement mal en point. Et les crédits octroyés pour l’entretien de ce réseau ne dépassent pas les 3 millions d’euros. Alors que pour envisager une 2 fois 2 voies entre Longwy et Longuyon, il faudrait dépenser près de 80 millions d’euros. Il est évident que le département ou les communes ne peuvent assumer des telles dépenses. 

Concernant la fluidité de la circulation, le point prioritaire à gérer est celui de l’entrée de Longwy. Mais cette fois c’est la Communauté de Communes de l’Agglomération de Longwy (CCAL) qui pose problème en refusant de vendre un terrain situé derrière l’IUT, afin envisager une nouvelle voie d’accès. Ceci tend donc encore à réduire des possibilités déjà peu nombreuses. Quant à la rapidité, elle ne pourra s’arranger qu’en construisant une 2 fois 2 voies. Un projet presque impossible au regard du coût exorbitant des travaux… 

Un premier projet devrait malgré tout voir le jour prochainement. Il se situe à Tellancourt et concerne principalement la sécurisation de la traversée de la commune. Bref, une goutte d’eau dans l’océan du dossier RD 618… 

17 avril, 2009 à 18:26


Laisser un commentaire