Accueil Economie Une reconversion à réussir

Une reconversion à réussir

3 min lues
0
0
1

Il est bien difficile aujourd’hui de retrouver la trace d’une quelconque exploitation minière sur le carreau d’Amermont. En effet, tout ou presque a disparu. Ne subsiste à l’heure actuelle que l’entreprise SLTS (Société Lorraine de Traitement de Surfaces) spécialisée dans le zingage électrolytique et la peinture industrielle ainsi que le magasin ED malheureusement désaffecté. Pour autant, les quelque 12 hectares de terrain vierge sont considérés comme une véritable réserve foncière par les propriétaires du site, à savoir, l’EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) de Landres. Propriétaire du carreau de la mine d’Amermont depuis 1987, l’EPCI entend utiliser ce vaste espace pour redynamiser l’activité industrielle sur le site, à l’image de ce qu’elle a réalisé à Tucquegnieux. Créé en 1984, l’EPCI a en effet immédiatement lorgné sur différents carreaux de mine désaffectés du bassin. A noter que la réserve foncière du carreau d’Amermont ne peut pas être utilisée pour construire des pavillons individuels. En effet, la nature du sol, d’énormes blocs de pierre, ne se prête pas vraiment à la réalisation de fondations profondes. En revanche, elle est idéale pour construire des bâtiments industriels. A l’avenir de petites entreprises de 10 à 30 salariés, implantées dans des secteurs diversifiés, pourraient venir s’installer sur cette friche reconvertie. Car l’heure n’est plus à la mono activité dont on connaît les travers, mais plutôt à la multiplication de mini-activités dans les services, par exemple en direction du Luxembourg. C’est en tout cas tout le mal que l’on souhaite pour le carreau d’Amermont.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Economie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Onville : une exposition sur l’artiste lorrain Adrienne Jouclard

Une exposition rétrospective présentant une centaine de toiles et de croquis issus de coll…