Accueil Actualité Lorraine : une meilleure attractivité au Nord

Lorraine : une meilleure attractivité au Nord

3 min lues
3
0
2

L’image d’un Nord lorrain sinistré et dépeuplé est désormais révolue. D’après une étude de l’INSEE de Lorraine, le pôle d’attraction de notre province est aujourd’hui clairement et fortement ancré le long de la frontière luxembourgeoise. Le rapport insiste d’ailleurs sur l’effet d’entraînement du Grand-duché sur le Nord lorrain, comparable à celui exercé par l’Ile-de-France sur les régions voisines. D’un point de vue démographique, la bande allant de l’Est de la Meuse à l’Est de Thionville constitue le bassin qui a connu les plus fortes hausses de population selon les chiffres du dernier recensement. Ainsi, entre 1999 et 2006, les deux arrondissements de Thionville ont notamment gagné 6 694 habitants, ce qui représentante plus d’un quart de la progression constatée en Lorraine, soit 25 671 habitants en plus. En outre, le revenu moyen par unité de consommation y est sensiblement plus élevé que la moyenne lorraine. Et c’est tout simplement parce que ce secteur accueille la plus forte concentration de « ménages frontaliers ». Leur nombre est estimé à 37 500 dont 90% résideraient dans 200 communes du Nord de la Lorraine. L’étude met également le doigt sur un sujet beaucoup plus sensible, celui de la fiscalité ce ces ménages. En 2006, ils auraient déclaré 950 millions d’euros de l’étranger en tant que revenus exonérés. Un montant similaire échapperait à tout renseignement fiscal en France. En effet, la convention fiscale franco-luxembourgeoise se fonde sur la règle du taux effectif. Ainsi, lorsqu’elles constituent les seuls revenus d’un ménage, les rémunérations frontalières échappent à toute déclaration. 6,7% des revenus lorrains émanent du Luxembourg. Dans les zones les plus septentrionales, la proportion atteint même les 50%…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

3 Commentaires

  1. Guille

    1 avril, 2009 à 11:04

    Cela dépend de la façon dont on voit les choses, car ce n’est pas la Lorraine qui est attractive mais le Luxembourg comme le dit très bien l’article…

    Un territoire attractif créé des richesses, de l’activité et des emplois.

    Il est d’ailleurs intéressant de comparer l’évolution démographique enregistrée entre 1999 et 2006 dans les deux cantons de Thionville (+ 6694 habitants) avec le nombre de nouveaux frontaliers dans la même zone (je n’ai pas le chiffre mais au niveau lorrain, c’est de 35 000 à 60 000). Si l’augmentation du nombre de frontaliers est supérieure à l’augmentation du nombre d’habitants, c’est inquiétant car c’est un territoire qui « limite la casse ».

    Cela pose une question majeure qui est celle de la dépendance de la Lorraine au Luxembourg, l’article cite le chiffre éffarant de « 50% des revenus lorrains qui émanent du Luxembourg dans certaines zones »! C’est d’ailleurs sans compter les revenus induis par l’économie résidentielle, certes marginales.

    Mesure t’on à quel point notre Région est dépendante du Grand Duché? Je pense que peu de politiques en ont réellement pris conscience.

    Et l’impact de la crise au Luxembourg et sur les frontaliers? On entends ici et là circuler des chiffres tantôt alarmistes, tantôt plus rassurants. Il n’y a apparement pas de dégraissages massifs pour le moment et ésperons que cela continue, car la bonne santé de l’économie Luxembourgeoise est vitale pour la Lorraine…

  2. Stéphan

    1 avril, 2009 à 12:18

    La question est : pour combien de temps ce dynamisme ?
    Ce qui me fait peur, c’est que certains voient comme une chance la puissance Luxembourgeoise, moi je n’y voit qu’une dépendance de plus de la Lorraine au niveau de l’emploi.

    Certes cela amène des emplois, mais qu’en est-il du manque à gagner des collectivité locales françaises, qui voient leur population augmenter mais leur recettes fiscales stagner ? C’est aussi ce que revêle l’étude de l’INSEE.
    Quid de la désagrégation du tissu économique local frontalier ?

  3. Pierre

    2 avril, 2009 à 10:55

    On ne peut donc pas parler d’attractivité de la Lorraine, mais de dépendance. Cette étude de l’INSEE est plus inquiétante que rassurante!

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Vols : du mieux à MNL

L’année 2011 débute plutôt bien à l’aéroport Metz-Nancy-Lorraine (MNL). Sur le seul mois d…