Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Actualité
  • > Lorraine et Luxembourg : mariage de raison ou amour impossible ?

Lorraine et Luxembourg : mariage de raison ou amour impossible ?

La Lorraine et le Luxembourg ont apparemment tout à gagner à se rapprocher. Pourtant des deux côtés de la frontière, de nombreuses réticences s’élèvent. Rien ne bouge, ou presque…

Il est bien vrai que mis à part les quelques avancées, significatives tout de même, dans le domaine des transports, avec l’adoption d’un Schéma de Mobilité Transfrontalière, des projets de routes (contournement d’Autun, liaisons vers Belval) ou encore certains engagements en faveur du rail, les relations entre les Grand et ancien Duchés sont plutôt frileuses. Loin de l’image d’une guerre froide, le rapprochement semble plus se faire par défaut que par consentement mutuel. La Lorraine ne voulant pas à juste titre se révéler être l’ «esclave » économique du Luxembourg ou en tout cas en être trop dépendante, comme l’est actuellement la Malaisie pour Singapour. Cela dit, pour certains décideurs, il convient d’en finir avec certains clichés, comme le sentiment largement partagé du côté lorrain, que la seule motivation des frontaliers désireux de travailler au Luxembourg serait d’ordre financier. On s’est aujourd’hui que c’est faux. En effet, beaucoup de cadres et de jeunes diplômés y voient de formidables opportunités de carrière. Certes, mais l’un dans l’autre, salaires et carrières font la paire. Ce phénomène ne concerne en outre pas uniquement les banques comme le voudrait l’adage populaire, mais touche aussi les services et les commerces.

Lorraine et Luxembourg sont tous deux responsables de ces relations relativement fraîches. Les Lorrains pour leur sempiternelle action dispersée, les Luxembourgeois pour leur regard quelque peu condescendant pour notre province. En témoignent les rencontres épisodiques entre responsables des deux territoires. Or, la Lorraine peut répondre aux besoins du Luxembourg en termes de main d’œuvre et d’espaces fonciers, notamment pour ce qui est de la logistique. Le but étant d’atteindre une lisibilité au niveau continental voire mondial. Mais cette relation est-elle véritablement la bonne solution pour l’économie lorraine ? De manière temporaire, oui, mais pas à long terme. La question mérite une réflexion. Des synergies restent enfin encore à trouver en matière de recherche, de culture et de tourisme. L’événement « 2007 : Luxembourg et Grande Région, capitale de la culture européenne », n’ayant pas énormément cristallisé de liens et d’échanges…  

30 mars, 2009 à 11:06


Laisser un commentaire