Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Collèges : dernier baroud d’honneur à Metz ?

A la rentrée 2008, les 18 collèges de Metz et du Sud de son agglomération accueillaient 8 181 élèves soit une moyenne de 455 élèves par collège. Cet effectif est celui d’un « collège à taille humaine » selon les critères de l’inspection académique, où chaque élève peut trouver sa place. Cet effectif est aussi celui qui assure tout à la fois un encadrement de qualité, de bonnes conditions d’enseignement et une offre d’options satisfaisante. Pour la rentrée 2009, on attend 55 élèves de sixième en plus par rapport à la rentrée 2008 dans le district de Metz.  

La fermeture de collèges est pourtant principalement motivée par la baisse de 20% du nombre de collégiens en Moselle entre 1998 et 2008. 3 600 places sont ainsi dites « libres » dans les collèges messins. La base de calcul est la suivante : un collège correspond à 600 élèves en moyenne, 3600 places libres correspondent donc à 6 collèges. Mais ne faudrait-il pas plutôt raisonner en termes de nombre de classes ? Cela dit le conseil général ne va fermer « que » 2 collèges. De plus, d’autres questions sous-jacentes demeurent : comment arrive-t-on à cette capacité de 600 élèves en moyenne par collège ? Par exemple la capacité maximale du collège Georges de la Tour est de 450 élèves. Tous les collèges n’ont ainsi pas la même capacité, d’où une nouvelle interrogation : comment le conseil général a trouvé 3600 places libres dans les collèges ? De même, ne faudrait-il pas profiter des faibles effectifs actuels pour alléger les classes plutôt que fermer des collèges dans le but d’avoir des classes à 30 élèves ? A Georges de la Tour, pour continuer sur le même exemple, 80 dossiers d’inscription avaient été refusés en septembre, car l’inspection académique ne voulait pas ouvrir de nouvelles classes ! Une réflexion sur la sectorisation entre les collèges en sureffectifs et les collèges à effectifs plus faibles doit donc être menée pour conforter certains établissements, comme le collège Bernanos de Montigny-Lès-Metz ou le collège Louis Armand à Moulins-Lès-Metz, par un recrutement augmenté. 

Les BLE ne veulent aucune fermeture de collège en Lorraine. Le but de l’inspection académique et des politiciens étant actuellement de monter les établissements les uns contre les autres. Les organisations syndicales conviennent qu’il faut informer les parents d’élèves des écoles de rattachement, mais sans leur faire peur, afin qu’il n’y ait pas de « fuite » des inscriptions vers le privé. Car il faudra de nombreuses inscriptions pour 2009 ! 

Un collège où l’on se sent bien c’est d’abord un collège proche, dans lequel les élèves peuvent se rendre facilement. Alors que les rythmes scolaires sont déjà lourds, qui peut penser qu’il soit opportun d’y ajouter des temps de parcours inutilement longs ? Les transports représentent aussi un coût à assumer pour les familles. Sur Metz, le conseil général de la Moselle entend pourtant se désengager de cette question à compter du 1er septembre 2009. 

La Lorraine a déjà fortement souffert des restructurations industrielles et de la crise économique. Elle s’apprête à souffrir à nouveau de la hausse du chômage et des conséquences des restructurations militaires. Après l’annonce du départ des militaires, des assurances avaient été données quant au maintien des services publics : qu’en est-il aujourd’hui de ces promesses ? 

22 mars, 2009 à 15:48


Laisser un commentaire