Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.
  • Accueil
  • > Economie
  • > Chimie menacée: la Lorraine demande à Paris de faire flancher Total

Chimie menacée: la Lorraine demande à Paris de faire flancher Total

La Lorraine souhaite explicitement l’intervention du chef de l’Etat français afin de convaincre Total de renoncer à fermer le vapocraqueur numéro 2 à Carling. En effet, une telle décision pèserait lourd sur l’avenir de la chimie dans notre province. Rappelons qu’un vapocraqueur est une unité servant à fabriquer de l’éthylène et du propylène, deux produits indispensables dans la fabrication du plastique courant polyéthylène et polypropylène. La fermeture du vapocraqueur n°2 de la plateforme chimique de Carling, annoncée en 2006, se traduira par la suppression d’environ 200 emplois et privera les usines Arkema de Carling et Ineos de Sarralbe en propylène, leur principale matière première. Or, une étude menée par le conseil économique et social (CES) de Lorraine a démontré que la stratégie de Total Petrochemicals France (TPF), c’est-à-dire la branche chimie du pétrolier à Carling, est basée purement et simplement sur des considérations d’ordre financier. De même, le groupe Total a récemment communiqué des bénéfices historiques de 13,9 milliards d’euros en 2008. En Lorraine, on se refuse donc à abandonner tout un pan industriel sous prétexte qu’un groupe multinationale souhaite gagner plus, toujours plus, et ce, au-delà des enjeux économiques et sociaux qui lui ont jusqu’à présent permis d’assouvir son avarice. TPF avait en outre annoncé à la fin janvier le démarrage d’une nouvelle unité chimique à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre (Seine-Maritime), dans le cadre d’un plan de restructuration de ses activités en France, passant par une réduction de l’activité de son site mosellan. Enfin, notons qu’un rapport de François Loos, ancien ministre français délégué à l’Industrie, souligne la nécessité, pour TPF, de sortir de l’ambiguïté en annonçant sa volonté de soutenir le développement de la pétrochimie en Lorraine. Décidément, l’industrie lorraine est mitraillée de toute part. Et encore une fois, l’issue de ce nouveau bras de fer s’annonce incertaine… 

26 février, 2009 à 12:00


Laisser un commentaire