Centre de ressources numériques sur la Lorraine. Archives du Groupe BLE Lorraine.

La Basilique Notre-Dame d’Avioth

Cette semaine nous retournons dans la Meuse pour faire escale dans le petit village d’Avioth. Ce dernier recèle en effet l’un des plus beaux édifices religieux de Lorraine.

basilique Avioth

La Basilique Notre-Dame d’Avioth, joyau du patrimoine lorrain (Crédits photo : Fondation du Patrimoine)

La Basilique Notre-Dame d’Avioth fut construite entre le XIIème et le XVème siècle dans le style gothique flamboyant. Ce magnifique monument est particulièrement impressionnant. Il tranche radicalement avec le modeste village qu’il domine. Il est par ailleurs parfaitement conservé. La construction de la basilique d’Avioth s’est principalement faite en trois phases. Les étages inférieurs des tours et les bas-côtés datent de l’époque la plus ancienne, c’est-à-dire de 1250 à 1310. Le chœur et la sacristie ont été bâtis entre 1340 et 1350. Enfin, la dernière période de travaux se déroula de 1375 à 1400. Elle fut marquée par la fusion entre la partie occidentale et la partie orientale de l’édifice. Les portails Sud et Ouest furent également exécutés à cette époque. Ce  dernier est orné de 70 figures et d’une représentation du Jugement dernier. La façade occidentale, très harmonieuse, est flanquée de deux tours. Au sommet de cette façade, au-dessus de la rose supérieure ainsi qu’à la base du pignon, se tient un magnifique médaillon circulaire groupant huit têtes. Celle du centre, sereine,  est entourée de sept figures grimaçantes, représentant très probablement les sept péchés capitaux. Elle désigne ainsi l’âme élue qui a su résister aux tentations.

Le lumineux intérieur recèle plusieurs trésors parmi lesquels une sculpture en bois de tilleul de Notre-Dame d’Avioth, datant du début du XIIème siècle et posée sur un trône de pierre du XVème siècle, qui domine quatorze autres statues polychromes, un maître-autel du XIVème siècle, un tabernacle gothique du XVème siècle ainsi qu’une chaire décorée Renaissance de 1538. Cette dernière, dont la pierre est finement sculptée, porte encore les traces de couleurs. La présence d’une coursière, c’est-à-dire un chemin de circulation, fait exceptionnel dans la région, ainsi que d’un déambulatoire sur le quel donnent des chapelles peu profondes, constituent déjà à eux seuls des curiosités. Des travaux de restauration ont enfin fait apparaître des peintures et des fresques des XIVème et XVème siècles, notamment une Vierge à l’Enfant avec Saint Jean-Baptiste et Sainte Agnès.

La basilique d’Avioth fait en outre l’objet d’un pèlerinage depuis le début du XIIème siècle, depuis la découverte de la statue d’une Vierge miraculeuse. Cette statue de bois, que nous avions mentionnée plus haut, s’est donc rendue célèbre pour ses miracles, en particulier la « résurrection » temporaire des enfants mort-nés afin de leur permettre de recevoir le premier sacrement, à savoir le baptême. Cette cérémonie qui perdura jusqu’en 1786, fut par la suite interdite par les autorités ecclésiastiques. Le pèlerinage se poursuit cependant encore de nos jours. En effet, chaque année, le 16 juillet, de nombreux Lorrains, Belges et Luxembourgeois se rendent à Avioth pour prier et participer à la procession. En 1993, le pape Jean-Paul II reconnut l’importance de ce pèlerinage et fit élever l’église au rang de basilique.

Mais la véritable merveille de cette basilique et qui fait d’Avioth un site si particulier et si exceptionnel, c’est cette « petite chapelle » de quatorze mètres de haut et de quatre mètres de diamètre, que l’on appelle la « Recevresse ». Cette dernière est un monument unique au monde. Ce chef d’œuvre du gothique flamboyant a vraisemblablement été construit à l’endroit de la découverte de la statue miraculeuse. Au début du XIVème siècle, lorsque la statue de Notre-Dame d’Avioth put entrer dans l’église, une autre statue de la Vierge prit sa place pour recevoir, en son nom, les offrandes des pèlerins. On appela donc cette statue « la Vierge Recevresse », nom qui fut avec le temps donné au monument.  Ainsi, depuis huit siècles, la basilique est entretenue grâce aux dons.  A n’en pas douter, Avioth est vraiment un lieu remarquable qui vaut le voyage.

1 décembre, 2008 à 10:07


2 Commentaires pour “La Basilique Notre-Dame d’Avioth”


  1. parisot écrit:

    pouquoi votre site ne donne aucun nom qui en est le scultpeur des stalles ???? des peintures ???? origine je trouve vos commentaire sur toutes les cartes postales donnez donc plus de detail sur votre site ou il n’a aucun interet historique merci

  2. Jean écrit:

    Pour plus de renseignements sur Avioth, je vous invite à visiter le site officiel de la commune et de la Basilique d’Avioth : avioth.fr
    Le nom du sculpteur des stalles est Henry (de Brandeville, dans la Meuse), elles datent du XVIIIème siècle.
    Merci pour l’intérêt que vous portez à notre région.


Laisser un commentaire