Accueil Actualité Si l’INSEE nous était conté…

Si l’INSEE nous était conté…

1 min lues
0
0
110

Nouvel épisode, nouveau rebondissement. Ce ne serait finalement plus 1000 statisticiens qui seraient transférés à Metz sur les 1500 emplois publics qui doivent l’être, mais seulement 500. L’institut de statistiques marque donc  un point et avance toujours aussi insidieusement qu’inlassablement ses pions sur l’échiquier politique et la scène publique, à coup de pression et de manifestations. Comble de tout cela, 500 agents transférés, ce serait encore beaucoup trop pour les marchands de tapis que sont les leaders syndicaux de l’établissement. Voudraient-ils alors le beurre et l’argent du beurre ? Toujours est-il que c’est en ce moment que tout se joue. Jean-Philippe Cotis, directeur de l’INSEE ayant mis sa démission dans la balance, et Jean-Pierre Duport, vice-président de l’obscur Conseil national de l’information statistique (CNIS), devaient remettre fin novembre au Premier Ministre français un rapport sur les « contours, les effectifs et l’organisation » d’un futur pôle de la statistique publique à Metz. On sent déjà comme un doux parfum d’objectivité du côté de Paris…  

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Groupe BLE Lorraine
Charger d'autres écrits dans Actualité

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La plus grande basse-cour de France

Près de 9 000 animaux (volailles, lapins et pigeons) de 700 races différentes appartenant …