Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Les mines comme source d’énergie

Les anciennes  cités minières du bassin houiller de Lorraine croient dur comme fer à leur reconversion dans la géothermie, tant pour redorer leur image que pour se redynamiser. L’idée est simple : utiliser l’eau des mines ennoyées depuis leur fermeture pour alimenter des centrales géothermiques.

En effet, l’exploitation de la chaleur du sous-sol offre un potentiel énergétique considérable, dans la mesure où la température de la Terre augmente en profondeur de trois degrés Celsius tous les cents mètres. D’un point de vue économique, cette reconversion des anciennes mines de charbon est plus que pertinente, puisqu’elle ne fait pas intervenir des coûts de forage,  grâce au labyrinthe de galeries souterraines. Surtout quand on sait que ces coûts peuvent s’élever jusqu’à 150 000 euros tous les cents mètres. Mais l’entreprise ne s’avère pas si aisée. En effet, en Lorraine, 86% des mines ont vue leurs puits être rebouchés à l’arrêt de leur activité. De même, le potentiel de faisabilité dépend très largement des galeries. En outre, il est absolument nécessaire que l’eau ait retrouvé sa température naturelle. Ce processus demande parfois vingt ans, compte tenu de la température de la mine. Enfin, une centrale géothermique ne peut actuellement alimenter que des zones à proximité immédiate, dans la mesure où la dépréciation de chaleur atteint parfois les deux degrés Celsius par kilomètre d’acheminement.

Cela dit, de plus en plus de communes lorraines concernées sont prêtes à se lancer dans cette belle aventure. Ainsi, elles sollicitent depuis quelques temps maintenant les services du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), afin d’établir des études de faisabilité. D’ailleurs, il existe déjà un site pilote en Moselle, à Freyming-Merlebach. Les démarches étant faites, il ne reste plus qu’à régler les problèmes juridiques, les mines dépendant toujours de la législation du Code des Mines. L’enjeu est de taille pour les anciennes cités minières, qui y voit une formidable et inespérée opportunité de développement, puisque l’objectif de ces futures centrales géothermiques n’est pas moins que d’approvisionner des unités urbaines entières composées de centre d’affaires, de zones commerciales et artisanales et de quartiers résidentiels. A charge pour les communes de préparer et de présenter leurs projets.

Comme nous l’évoquions dans un précédent article, les énergies renouvelables ont vraiment leur place en Lorraine. Il est peut-être là le facteur du renouveau.     

5 novembre, 2008 à 9:59


Laisser un commentaire