Centre de ressources numériques sur la Lorraine

Déchets nucléaires : la Lorraine en première ligne

Il y a encore quelques semaines, M. Namy, président du Conseil général de la Meuse, menaçait de mettre un terme au projet de l’ANDRA (Agence nationale des déchets radioactifs) à Bure. Le laboratoire d’enfouissement des déchets nucléaires servait en quelque sorte de monnaie d’échange par rapport aux restructurations militaires qui planaient sur la ville de Commercy. Aujourd’hui ce délicieux ultimatum paraît bien loin tout comme les militaires de Commercy qui vont s’apprêter à quitter la ville. La faute aux énormes pressions et aux offres sonnantes et trébuchantes de l’ANDRA. 

En effet, les communes prêtes à accueillir un centre de stockage bénéficieraient par la même occasion d’un projet de développement économique d’envergure, notamment en partenariat avec EDF, Areva et Rhodia, tous producteurs de déchets nucléaires de par leurs activités. Une véritable opportunité empoisonnée pour une commune sinistrée par la sidérurgie ou la réforme des armées ou tout simplement rurale. Dès lors la tentation est forte pour les maires d’apposer leur signature au bas du contrat, comme ce fut déjà le cas à Gondrecourt-le-Château (Meuse) et malgré l’opposition des habitants. Ajoutez à cela des sols extrêmement favorables pour de tels enfouissements en Lorraine, à savoir de l’argile ou des marnes dits presqu’imperméables, couplez encore cela à la situation financière parfois critiques de nombreuses communes rurales ou situées des bassins miniers en reconversion et vous obtenez un véritable risque de voir notre belle province devenir la poubelle radioactive de la France. Et par la même occasion de poser les fondations d’un futur nouveau scandale. 

Nous avions déjà envisagé dans un précédent article cette sinistre éventualité au moment de l’annonce des restructurations de l’armée. Mais nous étions loin d’imaginer que le phénomène pourrait prendre une telle ampleur. La menace est belle et bien réelle. D’autant plus que la Lorraine compte déjà sur son territoire plus de 386 sites pollués ou potentiellement pollués sous surveillance. On ne peut renier notre passé industriel. Mais on peut encore imaginer, par la mobilisation de l’opinion publique, proposer une autre alternative et un autre devenir pour notre Lorraine que le stockage de déchets radioactifs. 

C’est pourquoi les BLE, profondément engagés et soucieux d’un développement sain et d’avenir durable pour la Lorraine, appellent à la mobilisation générale. Le peuple lorrain doit prendre conscience des nouveaux nuages qui planent sur la Lorraine. Car nous avons l’intime conviction que seule une véritable mobilisation et sensibilisation permettront de faire pencher la balance. En effet, devant les promesses alléchantes de l’ANDRA, le premier magistrat de votre commune peut se sentir bien seul et n’avoir pas d’autre choix que d’accepter et d’autoriser le stockage de déchets nucléaires sur son banc. Afin de pallier cette si sombre possibilité et par là même d’éviter tout effet de contagion de tels projets sur l’ensemble de la Lorraine, les BLE demandent à chaque Lorrain de maintenir la pression sur ses élus et réclament avec insistance l’ouverture d’un vaste débat public autour de ce sujet particulièrement épineux, ainsi que la diffusion d’une information claire sur les intentions de chaque commune potentiellement concernée par un enfouissement de déchets radioactifs. Nous voulons que tous les citoyens lorrains sont au courant de tous les enjeux tant économiques, qu’énergétiques et écologiques liés à ce dossier. 

8 octobre, 2008 à 17:10


Un commentaire pour “Déchets nucléaires : la Lorraine en première ligne”


  1. Christine écrit:

    Il y a une mobilisation … d’une poignée ?
    Mais la grande majorité se repose sur ces quelques uns …
    Depuis le début , de nombreuses personnes se sont mobilisés contre le projet … Marche silencieuse , manifestations , pétitions …
    Débats publics … alerte de médecins , de prof. de santé … ?
    Au résultat de tout cela ? l’implantation du laboratoire …
    L’Andra a de gros moyens …. Voyages en bus , tout frais payés pour visiter d’autres sites en Haute-Marne , distribution de cassettes , vidéos , plaquettes d’infos … pour tranquiliser les esprits …
    C’est la politique du pot de fer contre le pot de terre …
    Combien arborent encore fiérement l’Autocollant des Anti Nucléaire …?


Laisser un commentaire